Home > Actualité > Yabe veut apporter le meilleur du e-commerce dans les centres-villes

Yabe veut apporter le meilleur du e-commerce dans les centres-villes

Cyrille Derouaz et Antoine Berghen ont annoncé le lancement de Yabe, une plateforme destinée à redynamiser le commerce de proximité via une application qui cherche et trouve pour vous, juste à côté. Yabe fonctionne à Luxembourg, Rennes et Nancy.

Photo : Antoine Berghen, co-fondateur de Yabe / Crédit © Kaori Anne Jolliffe / Silicon Luxembourg

Le déclin du commerce de proximité s’est accentué profondément pendant la crise du Covid. Ceux qui ne sont pas adaptés ont dû cesser leur activité faute de clients et de chiffre d’affaires. Le constat ? Des centres-villes appauvris, tristes, des rideaux baissés par dizaines, dans les rues piétonnes les moins accessibles. Mais cette crise a aussi révélé l’urgence d’un changement qui réclame agilité et innovation. Elle a fait naître des besoins (livraisons, retrait de commandes, drive, vente à emporter…) et des initiatives puisque certains commerces se sont adaptés avec les moyens et les compétences dont ils disposaient.

Le meilleur des deux mondes

« Les gens achètent en ligne, et alors c’est eux qui ont la main et décident de tout » explique Antoine Berghen, co-fondateur de Yabe avec Cyrille Derouaz (Synergie Luxembourg), dont le siège social est établi à Luxembourg. En ligne, la notion de conseil est superflue, car le client a eu le temps de comparer avant de se décider. « Un commerce en ligne, c’est un commerce inversé. Yabe a voulu prendre le meilleur des deux mondes. Cyrille est parti de l’idée que les Yabeurs sont ceux qui n’ont pas le temps d’aller flâner pendant des heures en ville, payer cher un parking pour au final ne pas être certains de trouver ce qu’ils cherchent et devoir le commander. »

L’application web (bientôt disponible sur Android) permet de poster directement sa demande en ligne (ex : le roman d’un auteur précis, une trottinette, un fauteuil à bascule vintage…) Les commerçants adhérents renseignent s’ils ont le produit ou pas. Cela leur permet de gérer leur stock de marchandises et d’optimiser les « temps creux » qui sont de plus en plus longs dans les petits commerces. Le client passe commande et peut ensuite venir récupérer le produit en magasin, discuter avec des humains (et non des chatbots), sans attente et avec l’assurance que le produit est disponible.

Pour les villes moyennes

Contrairement aux marketplaces proposées au niveau local qui permettent de se faire livrer chez soi par les commerces locaux, Yabe maintient l’idée que le client se déplace pour venir récupérer sa commande. Ce qui redynamiserait, selon les fondateurs, les centres-villes en souffrance. « On réfléchit tout de même à un service de click & collect en libre-service pour ceux qui finissent à 20h, et ne peuvent se déplacer pendant les horaires d’ouverture des magasins. »

Le concept prend tout son sens dans les villes moyennes de 100 à 250 000 habitants. C’est l’échelle sur laquelle se focalisent les problèmes d’attractivité des centres-villes. « Au-delà, la population utilise moins la voiture, les clients se déplacent plus facilement à pieds ou en transports en commun dans les commerces de quartier » ajoute Antoine Berghen, qui navigue entre Bretagne (où il a fondé Yaakadev, ndlr) et Luxembourg (où il a fondé les deux sites de coworking Paladium, ndlr) depuis plusieurs années. A Rennes et Luxembourg s’ajoute Nancy comme villes de lancement de Yabe, d’autres suivront dans les mois qui viennent. « Des festivités comme les marchés de Noël risquent d’être annulés et de pénaliser encore les commerces de proximité. Yabe peut les aider. »

En gros, Yabe devrait permettre aux gens de se déplacer utilement. En se déplaçant vers les commerces locaux, ils contribueront à leur maintien et peut-être, par effet de viralité, auront-ils envie d’y passer une heure pour prendre un café ou acheter leur pain dans la boulangerie voisine ? Pour que cela fonctionne, il faudra aussi que les commerçants se forment à l’utilisation d’outils numériques, et qu’ils jouent le jeu de la gestion de stock en toute honnêteté. Et si Yabe fait bien son travail, on aura bientôt plus besoin de l’application !

Découvrir Yabe en vidéo, c’est ici.


Abonnez-vous à la newsletter de Silicon Lorraine. Cliquez-ici.

You may also like
Lorsque les élus évoquent la Tech…
E-commerce : une solution pour les centres-villes mosellans ?
#GEN Metz : e-succès et réalité désirée
Usagers et idéologues : tous connectés à #GEN