Home > Actualité > Two-I Tech Talks : un podcast pour démystifier la vidéo surveillance

Two-I Tech Talks : un podcast pour démystifier la vidéo surveillance

Depuis 2017, Two-I crée des solutions d’analyse vidéo destinées aux marchés de la sécurité, du marketing ou de la politique d’aménagement des territoires. L’entreprise basée à Metz compte aujourd’hui 23 personnes et lance Two-I Tech Talks, un nouvel outil de communication à destination de ses clients industriels et publics pour rassurer, éduquer et informer tous ceux que le droit à l’image concerne.

Photo : Guillaume Cazenave, Co-fondateur et CEO de Two-I / Crédit © Two-I

Two-I n’est plus à proprement parler une startup dans le sens où la société a prouvé que son modèle économique était durable, que le marché existait et qu’elle est surtout rentable en trois années d’activités.

En 2019, l’entreprise a remporté le Milipol Innovation Awards dans la catégorie Safe & Smart cities. L’entreprise a d’abord commencé à répondre à des problématiques d’analyse des émotions pour des applications liées à la sûreté, le marketing et le bien-être.

Depuis Two-I a évolué en une solution d’analyse vidéo avec un spectre bien plus large de fonctionnalités et de caractéristiques. Bien référencée sur le marché de la vidéo protection, elle développe des solutions intelligentes sur la base d’analyses de flux vidéo (comptage de clients, monitoring des émotions…), à partir de données démographiques à petite ou grande échelle (à destination des smart cities notamment), avec le logiciel Vigilance, ou des données vidéos captées en temps réel sur un espace défini (pour visualiser des anomalies de sécurité par exemple), grâce à la solution Visiomind.

Les clients sont des industriels, des donneurs d’ordre publics (police, militaires, hôpitaux, agences de surveillance…) mais aussi des sociétés privées à visée marketing (centres commerciaux, banques, stades et parcs de loisirs, sites touristiques…)

Et les images parlent

Aussi surprenant que cela soit, les applications créées par Two-I peuvent mesurer des émotions ou une douleur sur une simple lecture algorithmique de visage.

Analyser où et quand se concentrent les flux migratoires dans les villes et on peut même imaginer que cela aille jusqu’à compter le nombre d’incivilités canines sur les trottoirs s’il le fallait en arriver là ! Pour cela, Two-I utilise des technologies liées à l’intelligence artificielle et de machine learning. Souriez, vous êtes filmés, ne souriez pas, le logiciel en tirera ses propres conclusions !

Toutes ces applications touchent à des sujets sensibles, voire controversés liés au traitement des données personnelles (RGPD), au droit à l’image, à la protection des individus et de la vie privée. L’avantage de vivre en Europe est que le RGPD y est plus strict qu’en Asie, notamment en Chine où le recours aux caméras de surveillance est quasi illimité et peu règlementé.

Eduquer sans se justifier

C’est en vertu de ce principe de droit légitime que Two-I a décidé de se lancer dans une action de communication responsable pour éviter toute controverse.

Les podcasts baptisés Two-I Tech Talks, animés par Julien Trombini, l’un des fondateurs de Two-I, existent déjà. Ils donnent la parole aux experts légaux, aux fabricants de technologies, aux inventeurs de l’intelligence artificielle … Une nouvelle série de sujets chauds, sujets à controverse est lancée en septembre et octobre et sera désormais disponible chaque mardi sur la chaîne YouTube de Two-I. Par exemple, le premier sera dédié à l’usage et le fonctionnement de caméras thermiques dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Quelles interactions avec la loi ? La confidentialité des données de santé ? Comment traite-t-on les risques liés à l’usage de masse de cette pratique « intrusive » ?

Two-I entend « éduquer », « informer », « rassurer » aussi, mais pas se justifier d’avoir imaginé ces outils. L’usage de caméras dans l’espace public est légal. L’analyse des données recueillies est légale aussi. L’accès aux informations collectées par les sociétés qui les utilisent l’est également. Au milieu, le règlement général sur la protection des données (RGPD) place les deux parties dans un consensus appelé conformité. Souvent, les villes et les espaces privés n’expliquent pas pourquoi ils ont recours aux caméras de surveillance, or leurs raisons servent tous les citoyens.

Le sujet est vaste et méritait un éclairage pédagogique. Les clients de Two-I, mais aussi les clients de leurs clients, et tous les citoyens concernés par leur droit à l’image trouveront leur intérêt dans ces podcasts. Ces Tech Talks tenteront d’apporter quelques réponses…


Abonnez-vous à la newsletter de Silicon Lorraine. Cliquez-ici.

You may also like
Usagers et idéologues : tous connectés à #GEN
#GEN : le salon masqué qui ne cache rien de la tech !