Home > Actualité > THE POOL : plongée au cœur de l’incubateur d’excellence messin

THE POOL : plongée au cœur de l’incubateur d’excellence messin

Au sein de l’écosystème Bliiida à Metz, THE POOL est un incubateur de start-ups (reconnu Incubateur d’Excellence par la Région Grand Est) c’est-à-dire qu’il apprend aux futures licornes (ou requins, selon leur personnalité) à nager dans le grand bain de l’entrepreneuriat.

Photo : Martin Greder, responsable de THE POOL / Crédit photo © THE POOL

Martin Greder, dirige ce pool de 26 entreprises parmi lesquels une dizaine de nouveaux venus depuis la mi-septembre, prêts pour la phase 1 de leur incubation.

L’incubation selon THE POOL fonctionne un peu comme une promo d’école. Sauf que les « élèves » s’appellent des « incubés » et sont tous porteurs d’un projet professionnel plus ou moins avancé. « Il faut déjà avoir une preuve de concept, et un business plan. Avoir juste une idée ne suffit pas pour intégrer THE POOL », précise Martin Greder, 38 ans, directeur du programme, qui a travaillé dans un incubateur en Corse et à Strasbourg avant de venir à Metz. L’incubateur accompagne les start-ups qui ont un projet innovant capable de générer une croissance rapide « pour nous une start-up est considérée comme telle selon la définition de Paul Graham* ».

L’innovation s’entend au sens large du terme, au-delà de l’innovation technologique, et toutes ne sont pas liées au digital, ce qui ne les empêche pas d’être prometteuses …

Plongeon

Après étude des dossiers de candidatures cet été, une dizaine de candidats ont été retenus. Le programme est construit en deux phases. La première (qui a démarré mi-septembre) propose trois mois de formation collective, à raison de deux jours par semaine. « Cela nous permet de voir s’ils sont capables de bosser ensemble, de co-construire et s’entraider ». Durant cette phase, environ trois candidats abandonnent ou réalisent un pivot (changement de direction). À l’issue, les autres passent devant un comité d’engagement (jury composé de chefs d’entreprises et de représentants de l’écosystème numérique régional) pour pouvoir passer à l’étape suivante.

Immersion

La seconde est la phase d’accompagnement individuel. Deux ou trois projets, statistiquement, ne vont pas plus loin. Il reste à ce stade environ cinq candidats retenus. Chaque entrepreneur est suivi par un salarié de THE POOL issu du monde de l’entrepreneuriat. Financements, dispositions juridiques, marketing… rien n’est laissé au hasard pour aider les entrepreneurs à réaliser leurs ambitions et à réussir leur première levée de fonds. Ces derniers paient 100€ par mois pour pouvoir être incubés.

« Nous leur offrons des relais de visibilité car l’incubateur fait partie d’un écosystème composé de nombreux acteurs du développement économique. Elles peuvent alors se concentrer sur le fait de gagner de nouvelles parts de marché ». Le fait d’être hébergé sur place à Bliiida ou pas, ne change rien. Le suivi est le même. Martin Greder ne se fixe pas de limite : « ils sortent lorsqu’ils sont prêts et que nous n’avons plus rien à leur apporter. Le chiffre d’affaires n’est pas un critère. C’est une question d’autonomie ». En moyenne, une incubation à THE POOL dure dix-huit mois.

Retour à la surface

A leur sortie de THE POOL, les start-ups peuvent rejoindre un accélérateur régional (ex : ScalENov de GrandENov) et passer de start-up à scale-up, notamment en se développant à l’international.

La grande fierté de THE POOL, deux ans après son ouverture, c’est d’avoir déjà accompagné 26 entreprises quasi toutes finalisées. « Au bout d’un an, on avait déjà réussi à lever plus d’un million d’euros de financements publics, généré environ 600 000 euros de CA cumulé et aidé à créer 60 emplois. Certains étudiants parisiens d’HEC et des start-ups luxembourgeoises viennent toquer à notre porte pour avoir une méthode d’accompagnement éprouvée » conclut Martin Greder.

THE POOL, outil de la métropole messine, est reconnu « Incubateur d’Excellence » par la région Grand Est, comme l’incubateur SEMIA à Strasbourg et Mulhouse, l’Incubateur Lorrain à Nancy, Rimbaud’Tech à Charleville Mézières, Innov’Act à Reims et la Technopôle de l’Aube à Troyes.

* « Une start-up est une entreprise conçue pour croître rapidement. Le fait d’être nouvellement fondée ne fait pas d’une entreprise une start-up en soi. Il n’est pas non plus nécessaire qu’elle travaille dans le domaine de la technologie, qu’elle prenne des risques de financement ou qu’elle ait une sorte de « sortie ». La seule chose essentielle est la croissance. Tout le reste que nous associons aux start-ups découle de la croissance ».

You may also like
BIL Runner : quand la BIL fait courir le Roude Léiw en réalité virtuelle
Vivoka lance un business kit pour fabriquer son propre assistant vocal
Match Your Talents veut créer la culture de la carte de visite vidéo
Advanced MedioMatrix : le data center se met au vert