Home > Actualité > Le smart territoire vient d’ECLOR

Le smart territoire vient d’ECLOR

ECLOR est le nom du projet qui va faire de la communauté de communes du Pays Haut Val d’Alzette l’une des premières « smart collectivités ». Il s’agit d’une plateforme numérique adaptée au périurbain qui va bouleverser les usages des services publics à la fois pour ceux qui les fournissent et pour les citoyens qui en bénéficient. Présentée sur le salon #GEN, elle montre qu’une smart city peut aussi exister à l’échelle communautaire.

Photo : l’équipe d’ECLOR lors du salon #GEN2020 / Crédit photo © Focalize / Grand Est Numérique

Qu’est-ce qu’un territoire durable ? Les études et définitions de ces dernières années prennent en comptent l’aspect environnemental, certes, mais pas seulement. La technologie numérique apporte de la rationalisation, de la précision et de l’adéquation avec les besoins exprimés par les citoyens et les exigences qui incombent aux services publics.

La communauté de communes du Pays Haut Val d’Alzette (CCPHVA) a conclu pour la première fois en France un contrat de partenariat d’innovation lié à un projet de territoire intelligent (smart territoire) avec le groupement Capgemini, Bouygues Energies et Services et Suez. Ce contrat prend la forme d’une plateforme numérique baptisée ECLOR de type smart city adaptée au milieu périurbain. L’idée est de connecter via une plateforme centrale tous les services liés à la gestion quotidienne territoriale, et de pouvoir visionner et contrôler tous ces services simultanément via un hyperviseur territorial. Gestion des déchets, fourniture d’énergie, aménagement urbain, gestion du trafic, sécurité publique, économie sociale et solidaire, organisation des déplacements… Autant de thématiques qui peuvent bénéficier de cette technologie pour rendre le quotidien des citoyens et des agents de services plus facile et connecté. ECLOR est conçu en open data, un système ouvert permettant à l’écosystème local de s’y raccrocher.

Concrètement, l’appli mobile et le portail accessible aux habitants permettra de connaître par exemple le temps réel d’attente aux déchèteries, d’activer des options de partage citoyennes (objets, co-voiturage…), de réserver un cours de tennis, de faire des signalements de dépôts sauvages, de consulter le trafic routier en temps réel… La collectivité pourra de son côté intégrer des alertes (météo, sécurité routière…), contrôler l’éclairage public (avec la promesse de réaliser jusqu’à 70% d’économies d’énergies via un réseau de 4600 candélabres intelligents, véritables pivots numériques), et travailler sur des prospectives de mobilités ou d‘urbanisme.

« Nous ne sommes pas des épouvantails technologiques »

Lorsqu’on parle de data, les mâchoires se crispent, surtout dans un contexte de politique publique. La CCPHVA veut rassurer, et apparaître à la population comme un tiers de confiance à qui elle peut confier ses habitudes. « Nous ne sommes pas des épouvantails technologiques. L’élu local sera le garant du bon usage des données collectées. Nous appliquerons le RGPD au pied de la lettre », promet Julien Vian, directeur général des services à la communauté de communes. Une charte des données sera créée dans cet objectif, pour « cadrer ce que l’on veut faire de la collecte et poser des éléments éthiques ». La CCPHVA consulte régulièrement depuis une dizaine d’années la population dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National dont elle fait par ailleurs l’objet, et souhaite aller plus loin avec ECLOR dans l’idée de co-construire avec elle le projet de smart territoire.

La phase de développement du système s’achèvera en fin d’année avec une livraison prévue à la CCPHVA au premier trimestre 2021. « Cette technologie rendra tout plus fluide, numérique et agile. La ville de Nantes est déjà équipée d’un équivalent, mais la CCPHVA sera la première communauté de communes à utiliser cette plateforme à un niveau territorial et périurbain ». Des événements et des partenariats de communication – toujours impliquant la population, notamment avec les écoles locales – sont d’ores et déjà prévus pour accompagner l’arrivée d’ECLOR.


Abonnez-vous à la newsletter de Silicon Lorraine. Cliquez-ici.

You may also like
Préparer le terrain pour la Data Economy