Home > Actualité > HLD Europe: les entrepreneurs investissent dans les entrepreneurs

HLD Europe: les entrepreneurs investissent dans les entrepreneurs

Il est de ces fonds d’investissement dont on entend peu ou pas assez parler, et pourtant derrière se cache des entrepreneurs reconnus désireux d’aider d’autres entrepreneurs à faire de leurs idées de belles histoires. C’est le cas d’HLD Europe basé au Luxembourg et dont l’un des administrateurs n’est autre que le multi entrepreneur Xavier Buck.
(Photo : Xavier Buck / Crédit © Olivier Minaire)

Une approche entrepreneuriale

HLD est un groupe d’investissement créé par des entrepreneurs pour des entrepreneurs. Fondé en 2010 par Jean Philippe Hecketsweiler, Jean-Bernard Lafonta et Philippe Donnet, HLD est né de leur volonté d’accompagner, sans contrainte de durée, le développement d’entreprises européennes de tous secteurs d’activité. Dès le départ, plusieurs actionnaires, entrepreneurs de premier plan, se sont joints au projet. Depuis lors, en véritables partenaires, le groupe investit avec la volonté d’accompagner les entreprises dans leur croissance en Europe et à l’international, sur le long terme, pour renforcer leur leadership.

HLD Europe, créé en 2015 à Luxembourg, résulte de la volonté d’associer au projet initial des actionnaires européens partageant la même volonté d’entreprendre, conférant ainsi sa dimension internationale à HLD. “Quand ils m’ont approché pour les rejoindre en 2015 j’ai d’abord été surpris car leur fonds ne ressemblait à aucun de ceux avec qui je travaillais ou qui avaient investi dans mes sociétés. L’approche entrepreneuriale m’a beaucoup plu,” précise Xavier Buck. Choisi pour sa connaissance du tissu luxembourgeois mais aussi pour sa grande expérience dans le secteur Internet, l’entrepreneur est récemment entré aux boards de deux startups du portefeuille du fonds : Gekko et Alchimie. Il a quelques semaines justement, la startup Gekko faisait les grands titres suite à son rachat pour 100 millions d’euros par le groupe AccorHotels. La startup spécialisée dans la réservation hôtelière sur le segment de la clientèle d’affaires a séduit l’un des leaders de l’industrie hôtelière. Après avoir investi en 2015, HLD vient de réaliser l’un de ses plus beaux “exit”.

« Avec une vingtaine de dossiers ramenés par an, le groupe HLD effectue concrètement 3 à 4 investissements pour des tickets allant de 10 à 50 millions d’euros. »

Une capacité d’investissement de 250 millions d’euros

“Une grande différence d’HLD est qu’il ne s’impose pas de vendre à un instant T comme les autres fonds d’investissement le font généralement au bout de cinq ans. L’exemple de la société Filorga est le plus parlant. En 2010, la société générait 10 millions d’euros de chiffre d’affaires et nous avons investi pour accompagner les entrepreneurs dans le développement de leur activité. Aujourd’hui la société est toujours dans notre portefeuille avec une croissance moyenne de 30% par an, une présence sur le marché chinois et de nombreuses propositions reçues. Nous gardons Filorga dans notre portefeuille. Pour Gekko, l’approche du groupe AccorHotels nous a paru pertinente et le prix également, c’est pour cela que nous avons vendu la société,” nous détaille Xavier Buck qui sortira du conseil d’administration de la participation suite à l’acquisition. “C’est une superbe histoire. Ensemble nous avons lancé le service en Espagne, au Portugal et en Belgique et avons connu plus de 15% de croissance chaque année.”

Tous les investisseurs et actionnaires sont entrepreneurs ou ont un passé d’entrepreneur. Grâce à leurs réseaux respectifs chacun apporte sa pierre à l’édifice en proposant des dossiers. Avec une vingtaine de dossiers ramenés par an, le groupe HLD effectue concrètement 3 à 4 investissements pour des tickets allant de 10 à 50 millions d’euros.

« Nous avons par exemple réalisé une OPA en début d’année sur la société Tessi, leader français de la transformation digitale des flux documentaires et de paiement, du marketing client et du traitement des transactions devises et or. C’est la toute première fois que je vivais de l’intérieur une telle opération, c‘était passionnant !”

La carte Luxembourg

Qu’on se le dise, HLD ne compte pas beaucoup de dossiers au Luxembourg, voire pas du tout, même si les administrateurs luxembourgeois présentent désormais quelques dossiers solides. Le groupe investit dans des projets en forte croissance sur des marchés porteurs et dans des managers faisant preuve de bon sens et de beaucoup d’ambition. C’est le cas d’Alchimie, une société qui imagine et distribue des applications de divertissement pour mobiles et tablettes et génère un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros. L’investissement fait par HLD a permis à l’équipe de faire un MBO – Management Buy Out – et de devenir actionnaire de l’entreprise. “C’est un des scénarios qu’HLD aime bien car il appuie une équipe qui sera d’autant plus motivée que si elle devient actionnaire. De son côté, HLD apporte son savoir et son relationnel,” précise Xavier Buck. “J’apprends beaucoup. La qualité des gens avec qui je traite est remarquable. Nous avons par exemple réalisé une OPA en début d’année sur la société Tessi, leader français de la transformation digitale des flux documentaires et de paiement, du marketing client et du traitement des transactions devises et or. C’est la toute première fois que je vivais de l’intérieur une telle opération, c‘était passionnant !”.

Pour le moment les investissements du groupe HLD sont majoritairement français. Parmi eux, Coyote, Elivie, SVR ou récemment Funbridge et Le Couvent des Minimes. La société vient tout de même de réaliser son premier investissement européen, en Italie plus précisément en investissant dans la société M-Cube, spécialiste du marketing digital et multimédia en points de vente. En comptant la famille Decaux parmi ses actionnaires, nul doute qu’HLD a visé juste avec cet investissement.

Qu’en est-il du Luxembourg, siège d’HLD Europe ? “Les banques nous ont bien accueilli notamment la BIL et Rothschild avec qui nous avons fait une levée obligataire listée en Bourse (Euro Bonds) auprès de ses clients-investisseurs. Nous jouons la carte du Luxembourg à fond car nous sommes devenus un vrai fonds luxembourgeois et travaillons avec les institutions bancaires locales. Nous avons une vraie volonté d’investir dans un projet luxembourgeois. Pour le moment l’occasion ne s’est pas présentée mais ça viendra j’en suis sûr. Nous continuons de notre côté à attirer de plus en plus d’entreprises et de startups au Luxembourg pour créer un écosystème favorable et permettre l’émergence d’entreprises à fort potentiel de croissance”, conclut Xavier Buck.


Cet article a été publié en anglais dans la 7e édition du magazine SILICON

You may also like
Développer Full Stack (h/f) | CarVROOM
10 start-ups AgriTech urbaine à suivre
Runergy, l’application tout-en-un pour la course à pied
Pousse-légume, le potager électroménager Made in France