Home > Actualité > #GEN : le salon masqué qui ne cache rien de la tech !

#GEN : le salon masqué qui ne cache rien de la tech !

#GEN2020 sera masqué, mais se tiendra bien les 10 et 11 septembre au nouveau Centre des Congrès de Metz. Le gouvernement français a autorisé la reprise des manifestations professionnelles à compter du 1er septembre dans un décret du 27 juillet.

Photo : #GEN, le salon de la tech et du numérique / Crédit © A Flash Story

À quelques jours de l’ouverture du rendez-vous des professionnels de la tech et du numérique dans le Grand Est, des mesures spécifiques ont été prises, pour respecter la sécurité des exposants, intervenants, visiteurs du salon et, bien entendu, l’équipe d’organisation. Frédéric Schnur, président de Grand Est Numérique et fondateur du salon, nous en dit plus.

#GEN est l’un des rares événements business de cette fin d’année. À J-10 de l’ouverture du salon, quelles sont les mesures sanitaires qui ont été prises pour le déroulement de l’événement ?

Nous avons modifié notre copie et mis en place un référentiel sanitaire Covid-19 entièrement adapté à l’événement, en liaison avec les gestionnaires du Centre des Congrès, les référentiels nationaux et les éléments fournis par la préfecture. Ce dernier est à l’étude par la préfecture de Moselle et les autorités compétentes.

Dès la fin mars, nous avions modifié l’organisation du hall recevant les exposants en élargissant les allées et en définissant des sens de circulation. Bien entendu le gel hydroalcoolique sera disposé aux lieux de passage et les masques seront obligatoires partout. Nous avons aussi, en écartant ou en condamnant des sièges, réduit la jauge dans les espaces de conférences et workshops.

Vous parlez d’un salon hybride. Obligation sanitaire ou pratique standardisée post confinement ? Quels éléments du programme seront spécialement concernés par le salon virtuel ?

Même si Metz est bien desservie par le rail et la route, il n’est pas toujours possible pour une personne intéressée par #GEN de s’y déplacer durant ces deux jours. Il est vrai que depuis le début de la pandémie de nombreuses habitudes et gestes sont nés ou ont été développés.

Certaines manifestations ne pouvant se dérouler ont même opté pour une diffusion unique sur le web et les réseaux sociaux, mais nous souhaitions préserver le facteur relationnel, générateur de business pour les « retrouvailles » professionnelles de septembre.

Nous pensions depuis quelques mois permettre à l’événement de sortir de ses murs et c’était donc le bon moment pour lancer cette solution hybride. Celle-ci aura deux dimensions : la présentation des partenaires souhaitant expérimenter ce mode sous forme de salon virtuel et une partie des conférences qui seront diffusées en direct. le détail sera accessible depuis notre site web : gen.grandestnumerique.org via une billetterie séparée.

Quelle place #GEN accorde-t-il à la valorisation des startups du Grand Est ? Y a-t-il un événement en particulier à ne pas manquer les concernant ?

Depuis 8 ans, en raison notamment de notre fort engagement auprès de LORNTECH et French Tech East et en collaboration avec ces structures, les startups ont toujours leur place sur #GEN. C’est même une partie de notre ADN puisque certains des fondateurs de l’association Grand Est Numérique ont démarré comme startup. Les ateliers, le hall d’exposition sont des lieux ouverts pour ces jeunes entreprises de la tech. Parmi les conférenciers on retrouve d’ailleurs plusieurs startuppeurs.

La French Tech nationale organise sur #GEN son séminaire annuel de tous les territoires French Tech du pays pendant les deux jours de l’événement, et ce grâce au dynamisme de l’antenne régionale et de ses acteurs. L’agence Inspire Metz renouvelle son opération initiées en 2019. Elle invite sur l’événement une délégation de startups luxembourgeoises venues créer du lien avec leurs voisins du Grand Est, et une délégation économique du Land de Sarre se déplace à Metz pour venir à leur rencontre.

Une conférence sera dédiée à la coopération numérique entre pays frontaliers. Que peuvent concrètement en attendre des startups luxembourgeoises par exemple ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Nous voulons faire de l’éternel constat “nous avons des voisins frontaliers comme le Luxembourg avec qui il faut travailler” une illustration concrète. L’association Grand Est Numérique, depuis plus de 5 ans, développe des partenariats avec les espaces totems luxembourgeois et directement avec des startups.

Nous organisons également des afterworks au Grand Duché permettant aux français de mieux connaître leurs voisins, d’imaginer des coopérations, d’échanger sur les tendances, de trouver des relais d’information ou des compétences complémentaires. #GEN a pour vocation de rayonner sur le grand espace transfrontalier qu’est la “Grande Région” pour que les acteurs fassent du business entre eux, et que les donneurs d’ordre y trouvent des solutions « locales ».

Les startups, plus que toutes autres entreprises, savent travailler en réseau. #GEN est un événement activateur d’échanges, et beaucoup de visiteurs viennent y chercher des solutions digitales à des problématiques déjà existantes, que la crise sanitaire n’a fait que mettre plus cruellement en lumière. A #GEN, on fait du business partout, sur les stands et dans les allées. Plus il y a de visiteurs, plus il y a de business, et plus on ressort avec du positif dans la sinistrose qui semble vouloir s’installer, et contre laquelle nous luttons tous.


Abonnez-vous à la newsletter de Silicon Lorraine. Cliquez-ici.

You may also like
Les étudiants du PeeL face à l’exercice du pitch
Lorsque les élus évoquent la Tech…
Yabe veut apporter le meilleur du e-commerce dans les centres-villes
E-commerce : une solution pour les centres-villes mosellans ?