Home > Actualité > French Tech Tremplin : incubation sans distinction

French Tech Tremplin : incubation sans distinction

LORNTECH vient de lancer l’appel à candidature Grand Est pour la phase d’incubation du programme national French Tech Tremplin.

Illustration © La French Tech

L’objectif de ce programme est de faire en sorte que l’écosystème French Tech soit aussi riche et pluriel que possible, en optimisant les chances des candidats jusqu’ici sous représentés dans le milieu entrepreneurial. La date limite pour déposer un dossier est fixée au 15 octobre.

French Tech Tremplin est l’un des programmes de la mission French Tech. Il a pour objectif de favoriser la diversité entrepreneuriale dans le milieu de la tech et de faire tomber les barrières sociales ou économiques qui, trop souvent, empêchent les porteurs de projets de se lancer dans l’entrepreneuriat. Il s’ouvre à des profils issus de la diversité, aux décrocheurs scolaires, aux réfugiés, à ceux qui pensaient que la vie ne donnait pas de deuxième chance… Le programme French Tech Tremplin a été lancé en 2019 à l’initiative de la Mission French Tech, puis déployé à travers toute la France grâce au réseau des Capitales French Tech. L’association LORNTECH déploie le programme au sein de la capitale French Tech East et a donc lancé un appel à candidatures aux entrepreneurs régionaux pour la phase 2 du programme.

Comment ça fonctionne ?
  • La Prépa, un stage de 6 mois à destination de personnes qui veulent créer une start-up. Le programme leur apporte une aide financière, des formations ainsi que du mentorat et du coaching. Sur le territoire du Grand Est ce sont 10 porteurs de projet qui ont été accompagnés en phase 1 entre janvier et juin 2020.
  • L’Incubation, un volet d’accompagnement plus avancé de 12 mois à destination des start-ups (de moins de 3 ans). Cette phase doit permettre d’accélérer leur développement grâce à une aide financière et à un programme d’accompagnement assuré par les incubateurs et accélérateurs partenaires : Grand Nancy Innovation à Nancy, incubateur The Pool à Metz, Innovact à Reims, Quai Alpha à Épinal, Rimbaud’Tech à Charleville-Mézières, Semia à Strasbourg, et Thi’Pi Pôle Numérique à Thionville.

L’incubation s’adresse aux lauréats de la phase prépa, mais aussi à des candidatures nouvelles. Pour entrer en phase d’incubation, la majorité des fondateurs de l’entreprise doivent répondre à l’un des critères d’éligibilité suivant :

  • résider dans un quarter prioritaire de la ville,
  • être bénéficiaire des minimas sociaux,
  • être étudiant boursier sur critères sociaux ou ancien boursier diplômé depuis moins de cinq ans
  • avoir le statut de réfugié reconnu par l’OFPRA.
Pourquoi c’est intéressant ?

Les startups qui seront sélectionnées pour la Phase 2 du programme, pourront bénéficier d’une aide d’un montant maximal de 42 000 euros. Celle-ci comprend une bourse de 30 000 euros (versée par BPI France, sans contrepartie) destinée au développement de la start-up et le financement d’un an d’accompagnement assuré par les incubateurs et accélérateurs partenaires de la French Tech, pour une valeur allant jusqu’à 12 000€.

Le fait de travailler par promotion est aussi un avantage car il permet d’échanger de « bons plans » et des retours d’expérience. C’est aussi intégrer le réseau French Tech, fédération qui œuvre pour la représentativité de la tech française auprès des grands groupes et à l’international.

You may also like
BIL Runner : quand la BIL fait courir le Roude Léiw en réalité virtuelle
THE POOL : plongée au cœur de l’incubateur d’excellence messin
Vivoka lance un business kit pour fabriquer son propre assistant vocal
Match Your Talents veut créer la culture de la carte de visite vidéo