Home > Actualité > L’entre-deux business au Salon à l’Envers

L’entre-deux business au Salon à l’Envers

Entre deux confinements pressentis ou annoncés, le Salon à l’Envers de Thionville s’est réservé une fenêtre de tir ad hoc cet automne. Un rendez-vous que les entreprises présentes n’auraient manqué pour rien au monde. Une échappatoire pour les rencontres business de Moselle Nord et en transfrontalier, avec quelques nouveautés et prémisses de changements.

Crédit photo © CherrydeckUnsplash

Le Salon à l’Envers n’en possède que le nom. Dans les faits, c’est un salon bien rôdé et chacun y est parfaitement à sa place, qu’il soit donneur d’ordres ou entreprise pourvoyeuse de solutions. Exposant ou visiteur, peu importe, tant que la rencontre a lieu. Durant toute une journée, comme depuis 20 ans, les échanges ont permis à tous de prendre contact, renouveler une collaboration, comparer les offres, se rassembler autour d’un projet, prendre date, voire amorcer concrètement un partenariat. « Cette année, nous avons réussi à avoir le plateau d’exposants et donneurs d’ordres en 3 semaines, un record, » se félicite Jean-Pierre George, président d’Entreprendre en Lorraine Nord (ELN), à l’origine du salon.

Dans un contexte sanitaire incertain, avec une nouvelle configuration (puisqu’auparavant le salon se tenait dans la salle Jean Burger), il y avait une forte attente sur un événement comme celui-ci, comme ce fut le cas à Metz un mois avant avec un salon dédié aux usages numériques. « Le livre blanc sorti par les organisateurs de GEN nous a fait gagner du temps. Et a prouvé que nous avons le souci de bien faire, avec un partage des bonnes pratiques en matière d’accueil du public et de respect des conditions sanitaires » complète Edouard Colnot, commissaire du salon, qui soulignait également « une fréquentation assez comparable aux autres sessions » en milieu de journée.

MeeTHI’ng à l’endroit

Plusieurs nouveautés ont néanmoins vu le jour : d’abord dans l’organisation avec un espace catering réservé à l’extérieur des chapiteaux, en plein air, précautions Covid oblige ! « Respectez la distanciation ! » martelait-on lors de la visite inaugurale avec les VIP, dont faisait partie – et c’est une première sur ce salon – le ministre délégué aux PME (depuis le 6 juillet), Alain Griset en guest star. « Ce salon est un grand investissement pour la commune. Nous avons ici le savoir-faire, ce qui nous manque c’est le faire savoir » a déclaré le maire de Thionville Pierre Cuny au cours de la journée.

Nouveauté également avec le village des start-ups, en réalité l’inclusion dans le salon à l’Envers de l’événement qui leur est habituellement dédié et baptisé MeeTHI’ng. 22 start-ups étaient présentes dans cette allée dédiée aux jeunes pousses prometteuses du territoire, notamment celles incubées au Thi’Pi, la structure-totem thionvilloise de La French Tech East. Florence Christmann qui en est la dynamique directrice a également assuré pendant le salon l’animation de la web TV laquelle a retransmis les deux sessions de pitchs organisées au cours de la journée. Cette session retransmise sur la page Facebook du Thi’Pi posait également les jalons d’une future web TV à Thionville prévue en 2021. Citypeps (boost le commerce en centre-ville), l’AFPR (secouristes géolocalisés), Aqoona (appli d’échange virtuel entre crèches et parents) Cocoonut (logement partagé pour les employés) ou encore Moovee (mobilités partagées) faisaient partie de ces derniers. Silicon Lorraine reviendra sur ces entreprises dans les semaines à venir. Ne ratez pas le rendez-vous !

You may also like
Premiers Répondants : l’application de géolocalisation des citoyens sauveteurs
« Je suis de nature fondamentalement opérationnelle »
Aqoona : le cordon ombilical virtuel entre parents et enfants
Commerces et centre-ville : le digital est-il la seule solution ?